Slow Content : une stratégie de communication plus durable

Quel impact mon entreprise a-t-elle sur le réchauffement climatique ? Que puis-je faire à l’échelle de mon entreprise ? Sur le volet communication et production de contenu, le Slow Content propose une démarche concrète pour limiter l’obésité informationnelle et la saturation des nouveaux contenus.

Nous l’avons tous expérimenté : les réseaux sociaux offrent tellement de contenus que nous n’arrivons plus à voir ce qui nous intéresse et que nous saturons. D’autant que la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.

Le Slow Content ou sobriété éditoriale, c’est du contenu de valeur qui mise sur la qualité plutôt que sur la quantité, sur le durable, plutôt que l’éphémère. Bonne pour la planète, cette approche est efficace aussi pour votre image de marque et votre visibilité. Pourquoi sans priver !

Slow content, une stratégie de communication plus durable

C’est quoi le Slow Content ?

Le Slow Content est un contenu

  • Utile : il sert à quelqu’un et à quelque chose.
  • Durable : il dure dans le temps, il est donc approfondi.
  • Fiable : vous l’avez vérifié pour qu’il soit utilisable par vos lecteurs.
  • Différent : il ne ressemble pas à du contenu déjà écrit.
  • Responsable : vous l’avez pensé en pesant les conséquences.

C’est une stratégie qui mise sur la qualité avec une forte valeur ajoutée.

Par opposition au Snack Content, consommé rapidement, fort émotionnellement, mais peu nourrissant : vite produit et souvent en grande quantité.

Pourquoi produire du Slow Content ?

Nous sommes tous confrontés à une surexposition aux contenus. À tel point que nous ne voyons plus grand chose et nous ne retenons plus grand chose. C’est l’obésité informationnelle ou infobésité.

On peut sortir de cette course effrénée en produisant du contenu avec une forte valeur ajoutée et donc moins fréquent.

Le rapport du GIEC d’avril 2022 nous invite à diminuer nos consommations. En particulier dans le domaine du numérique.

Nous pouvons participer à cette réduction dans nos entreprises en limitant nos fréquences de contenus et en proposant du contenu de très grande qualité. C’est l’occasion de mettre à l’épreuve nos valeurs éthiques et responsables. Cela peut être aussi un engagement dans le cadre de notre RSE.

En bonus, chaque contenu aura un effet plus fort, avec une valeur unique et réelle. Vous développez ainsi une meilleure image de marque. Et vous fidélisez vos lecteurs avec des articles ou des posts intéressants et utiles.

Comment concilier sobriété éditoriale et SEO ?

Le référencement naturel ou SEO demande du contenu nouveau régulièrement. Le SEO est-il compatible avec le Slow Content ?

Pour optimiser son SEO, il faut du contenu riche sémantiquement avec des mots-clés stratégiquement placés. C’est cohérent avec la sobriété éditoriale.

Il faut aussi que les textes soient longs, plus longs que ses concurrents. Et certaines pages contiennent des paragraphes uniquement destinés à l’optimisation SEO. En même temps, l’impact sur le poids de la page est très faible. On peut donc considérer que cela ne pose pas vraiment de problème.

En revanche, certaines stratégies de référencement naturel incitent à créer beaucoup de contenus sur le même sujet. Certaines pages sont souvent proches de pages existantes sur d’autres sites et n’apportent pas vraiment de valeur supplémentaire.

On pourrait plutôt se concentrer sur des pages hyper complètes et très bien optimisées pour concilier SEO et sobriété éditoriale.

Finalement, le problème, c’est que les moteurs de recherche ont besoin de textes longs pour comprendre la thématique. Heureusement, les algorithmes progressent. Dans l’avenir, il ne s’agira plus de produire des contenus toujours plus longs, mais des contenus de meilleure qualité : plus riches sémantiquement et plus complets.

Slow Content : comment faire en pratique ?

 Le Slow Content devrait s’appuyer sur un site Internet responsable et éco-conçu : de bonnes performances pour un temps de chargement court, des pages et des fonctionnalités vraiment utiles, un site optimisé pour l’expérience utilisateur…

Et voici les bonnes pratiques en sobriété éditoriale.

De façon générale

  • Limitez la fréquence de vos publications pour augmenter leur qualité.
  • Choisissez les bons sujets avec la règle des 3 U : utile, utilisable et utilisé. Un conseil : retravaillez régulièrement vos buyer persona pour leur apporter ce qu’ils recherchent. En effet, nous sommes tous nombrilistes et nous ne lisons que ce qui nous concerne.
  • Préférez les sujets evergreen, c’est-à-dire qui ne périme pas.
  • Rédigez des articles de fond et couvrez tout le sujet.
  • Écrivez du contenu original. Donnez votre vision, votre angle. Appuyez-vous sur votre équipe et sur son expérience.
  • Tirez parti de votre style éditorial pour révéler votre ADN et vos valeurs.

Sur les réseaux sociaux

  • Choisissez les bons canaux et concentrez-vous sur quelques réseaux adaptés.
  • Si vous décidez de produire du Snack Content, réservez-le aux réseaux sociaux. Ou intégrez-le dans une page Web dédiée aux actus. Évitez les actus sous forme d’article avec un contenu très court.
    Le Snack Content est adapté aux publications sur les réseaux sociaux pour le début du tunnel de conversion, quand les lecteurs ne sont pas encore conscients de leurs problématiques.
  • Adoptez une communication cohérente avec des visuels uniformes et reconnaissables pour augmenter l’impact de chaque post.
  • Ne multipliez pas les articles de blog au prétexte de pouvoir publier sur les réseaux sociaux plus souvent. Rédigez plusieurs posts par article de blog. C’est d’autant plus facile quand l’article couvre un sujet complétement.

Analyser le contenu de son blog

Auditez votre blog pour l’optimiser et le rendre plus pérenne. Analysez le texte et le trafic de chaque article.

Pour mettre à jour le contenu existant, triez le contenu en 4 catégories : excellent, à optimiser, à regrouper (contenus trop courts sur un sujet commun), à supprimer (contenu obsolète ou de peu de qualité et avec un trafic inexistant).

Pensez à mettre en place une redirection pour les articles à éliminer (catégories 3 et 4).

Améliorez vos textes existants :

  • Actualisez les données.
  • Optimisez les titles et metadescriptions.
  • Complétez-le avec de nouveaux paragraphes : utilisez les questions « People Also Ask » de Google ou Asking Franklin.
  • Ajoutez des liens internes.
  • Retravaillez l’introduction et la conclusion.
  • Ajoutez des images, des infographies…

Appuyez-vous sur l’existant pour recycler. Par exemple, à partir d’une vidéo, ajoutez la transcription. Ou d’un article, rédigez un livre blanc en l’étoffant.

La technique du “Contenu 10 fois meilleur” ou “10x content” en anglais.

Cette méthode a été proposée par Rand Fiskin. L’idée, c’est d’être 10 fois meilleur que ses concurrents. L’objectif est d’atteindre la première place dans les résultats de recherche et surtout d’y rester durablement.

Pour cela, Rand Fiskin préconise de proposer du contenu adapté à sa cible et évolutif avec des sources précises et pertinentes, un angle différenciant et plus complet que ce qui existe déjà.

Pour une lecture confortable, le texte doit être aéré, les titres mis en valeur, les mots importants en gras.

Vous enrichirez l’expérience avec des statistiques, des données chiffrées, des schémas explicatifs, des infographies, des vidéos de tutos, de la méthodologie…

On le voit bien, cette technique, proposée à l’origine pour le SEO, va dans le sens de la sobriété éditoriale.

En résumé,

  • Le Slow Content vise la sobriété éditoriale pour lutter contre l’infobésité.
  • Publiez moins, mais de meilleure qualité.
  • En Slow Content, le contenu est utile, durable, fiable, différent et responsable.

Vous voulez aller plus loin sur le sujet ?

Rejoignez l’association We act 4 earth qui propose aux indépendants, TPE et PME de les accompagner dans leurs actions écoresponsables à mettre en œuvre tout de suite à son échelle. J’en fais partie et c’est plus facile d’avancer dans ma RSE. On y trouve aussi un espace d’entraide et un club d’entrepreneurs ayant des valeurs semblables.

Échangeons sur le sujet. Car le partage d’expérience est enrichissant et fait avancer plus vite !

Vous avez apprécié cet article ? Poursuivez votre lecture :

Cet article vous a plu ? Ne ratez rien, abonnez-vous à La brouette de contenu !

Tous les mois dans votre boite aux lettres, des conseils pour cultiver une stratégie de contenu pertinente.

Retour haut de page